Centre de Revalidation cardiaque

Ce service est présent sur le(s) site(s) :

  • Citadelle

Rendez-vous :

+32 (0)4 321 86 06

Secrétariat :

Mme Florence JOACHIM
+32 (0)4 321 86 06

Route(s) :

B734

Equipe du Centre de Revalidation cardiaque

  • Cardiologues : Dr D.SOUMAGNE & Dr P.TROISFONTAINES
  • Psychologues : M. Vincent COTTELEER & M. J-M GRAILET
  • Assistantes sociales : Mme S. KUPPENS & Mme G. AUDRIT
  • Diététicienne : Mme C. OUTERS
  • Kinésithérapeute en chef : Mme Mylène MAIGRAY
  • Kinésithérapeutes : M. Frédéric BERTARINI, Mme Christine BRONLET, M. Gaetan LAMBERT, Mme Danielle LANGHOOR, M. Bertrand SULEAU, M. Eric SWENNEN, Marie-Noelle VERHEES & Mme Gisèle XHENEUMONT

Présentation du service

Introduite il y a plus de trente ans dans le traitement des maladies coronariennes, la revalidation cardiaque connaît un regain d'intérêt depuis le début de la dernière décennie. Initialement, elle consistait essentiellement en une mobilisation précoce des patients alités pour infarctus du myocarde et au réentraînement physique des convalescents. Actuellement, elle se conçoit comme une réadaptation pluri-disciplinaire intéressant non seulement les patients coronariens traités médicalement ou opérés, mais aussi les patients souffrant d’insuffisance cardiaque ou les malades qui ont subi une cure chirurgicale de valvulopathie, de malformation cardiaque congénitale ou qui ont bénéficié d'une greffe cardiaque ou cardio-pulmonaire.

Cette prise en charge globale nécessite donc un ensemble d'interventions :
  • évaluation du pronostic de l'affection en cause afin d'orienter le type et la surveillance du réentraînement physique; celui-ci reste évidemment un élément essentiel de la revalidation ;
  • correction des facteurs de risque cardio-vasculaire (obésité, hypertension artérielle, troubles du métabolisme lipidique et glucidique, tabagisme et stress) ;
  • évaluation du retentissement psychologique de la maladie, des comportements à travailler ;
  • apport du soutien nécessaire ;
  • étude de l'environnement familial, social ;
  • aide à la réinsertion professionnelle.

Récemment, l'INAMI a proposé une convention aux services hospitaliers qui s'engagent à entreprendre une revalidation cardiaque multi-disciplinaire de ce type. Elle doit impérativement débuter au cours de l'hospitalisation (séances individuelles). Idéalement, elle se poursuivra après le retour à domicile (45 séances multi-disciplinaires collectives). La prise en charge est réalisée par une équipe de médecins, kinésithérapeutes, psychologues, assistants sociaux, diététiciens, ergothérapeutes. Une somme forfaitaire quotidienne globale est allouée à l'hôpital qui s'engage à respecter des conditions strictes d'encadrement, de programme, de matériel, de locaux, ...

Ce type de revalidation s'adresse exclusivement aux cardiaques atteints des affections suivantes :
  • Infarctus du myocarde
  • Insuffisance cardiaque (dysfonction du ventricule gauche, cardiopathie et cardiomyopathie)
  • Chirurgie coronaire (pontage)
  • Dilatation coronaire percutanée (Angioplastie et stenting)
  • Chirurgie valvulaire ou de malformation congénitale ou acquise
  • Transplantation cardiaque 

Depuis le 1er décembre 1996, le service de revalidation cardiaque du CHR de la Citadelle bénéficie de cette convention.

revalidation-cardiaque-4.JPG  revalidation-cardiaque-5.jpg

Bases de la réadaptation cardiaque multi-disciplinaire

Le bénéfice physiologique principal de l'entraînement physique consiste en une augmentation de la performance des muscles périphériques. Sur le plan cardiaque, on constate au repos et à différents niveaux d'efforts une diminution de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle; la consommation d'oxygène du myocarde en est dès lors réduite; le seuil ischémique se trouve amélioré. L'entraînement physique tend aussi à réduire le poids corporel, à corriger les perturbations du métabolisme lipidique et glucidique (diminution des taux de cholestérol et de triglycérides) et à améliorer la chaîne de la coagulation sanguine (diminution du nombre de plaquettes et de leur adhésivité, augmentation de l'activité fibrinolytique). La progression de l'athérosclérose serait ainsi freinée.

Parallèlement à ce reconditionnement physique, il est indispensable de corriger les autres facteurs de risque cardio-vasculaires: remise en cause des habitudes de vie, séances d'information ou conseils pratiques concernant l'alimentation, le tabagisme, etc ...

L'analyse du contexte psychologique dans lequel s'est développé l'affection est primordial. Par ailleurs, celle-ci, son traitement, l'hospitalisation et la crainte de l'avenir vont imposer au patient d'affronter des conditions nouvelles parfois très perturbantes. La prise en charge psychologique devra donc s'harmoniser avec l'ensemble du traitement au cours de la phase hospitalière, durant la convalescence et pendant la période de revalidation ambulatoire. Elle devra éventuellement aider l'intéressé à retrouver une activité professionnelle de qualité.

L'influence de la réadaptation cardiaque multi-disciplinaire sur la qualité de vie des patients n'est plus à démontrer. Par contre, l'amélioration de la survie est plus malaisée à affirmer; en effet, ce type de traitement fait partie intégrante d'un ensemble, médicaments, cardiologie invasive, chirurgie,... et il est impossible de dissocier l'un de l'autre, l'apport des ces approches complémentaires. Des méta-analyses tendent toutefois à démontrer une réduction de mortalité au long cours de 20 à 25% dans le groupe des malades coronariens qui ont été revalidés par rapport à ceux qui ne l'ont pas été. La reprise de l'activité professionnelle est également plus précoce et plus fréquente.

Cas particulier de la chirurgie cardiaque

Les suites de la chirurgie coronaire occupent la première place des indications de revalidation cardiaque (50% au CHR). Habituellement, le début de la revalidation physique ambulatoire se situe environ 6 semaines après l'intervention chirurgicale lorsque la réparation sternale est suffisante. Toutes les éventuelles complications post-opératoires, cardiaques ou autres seront soigneusement recherchées ; certaines nécessitant parfois la modification, voire l'arrêt du programme.

La réadaptation des patients opérés de valvulopathie (10% de l'ensemble des cas au CHR) est apparue après celle des coronariens. Un programme de kinésithérapie respiratoire plus intensif est généralement recommandé. Une attention particulière sera apportée aux fréquents troubles du rythme cardiaque, au risque thrombo-embolique et la prévention de l'endocardite bactérienne.

Enfin, la réadaptation est indispensable chez les greffés cardiaques. Malgré une amélioration spectaculaire de leur état après l'intervention, ils gardent souvent une réduction de leur capacité à l'effort liée au long déconditionnement musculaire périphérique et à la dénervation cardiaque.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le secrétariat du centre de revalidation cardiaque au +32 (0)4 321 86 06 ou +32 (0)4 321 66 43 ou le Dr Daniel SOUMAGNE au +32 (0)4 321 64 41.

Services annexes