Pour les professionnels

Informations à destination des professionnels ...Un galet qui symbolise le deuil périnatal

En complément des informations à l’attention des parents qui viennent de perdre un enfant, nous avons souhaité vous faire, via ce feuillet, quelques suggestions qui pourraient être utiles aux professionnels qui les accompagnent dans ces moments (infirmières, pédiatres, gynécologues, ...). Vous y trouverez également un endroit pour témoigner et pour vous informer.

Quelques suggestions

Nous espérons que le fait de vous proposer ces suggestions directement permettra d’éviter de blesser certains parents en leur faisant des suggestions inadaptées aux circonstances dans lesquelles leur enfant vient de décéder.

Si les circonstances s’y prêtent :

  • Proposez-leur de prendre une dernière photo de leur enfant, éventuellement une photo de famille.
  • Proposez-leur de prendre leur enfant dans les bras aussi longtemps qu’ils le souhaitent.
  • Proposez-leur de prélever les empreintes de main et de pied et/ou une petite mèche de cheveux.
  • Proposez-leur de faire la dernière toilette de leur enfant et de lui choisir un vêtement particulier (cette image restera la dernière).
  • Proposez-leur d’apporter une peluche ou un objet aimé de l’enfant à déposer dans le cercueil.
  • Réservez un moment d’intimité pour les parents (papa et maman uniquement).
  • Les parents sont sensibles à recevoir par la suite une carte anniversaire du décès (si c'est une pratique organisée au sein de votre service).

[Haut de la page]

Vos témoignages

Par rapport aux familles, il faut respecter leur deuil et leurs demandes…Certaines familles ont besoin de présence, d’autres préfèrent rester seules… Mon devoir est de les écouter, de comprendre leur peine et de les soutenir.
Facile à dire mais dans la réalité, comment faire pour bien agir ?
Des petits gestes, une tasse de café, un rideau tiré pour une intimité… sont de toutes petites choses importantes et malgré tout tellement insignifiantes par rapport à la situation… La mort de l’enfant, que je vis sur mon lieu de travail, est un moment ‘aigu’, un moment de crise...

D.S. infirmière